Évaluations nationales imposées par le ministre : pour nous, c’est toujours non ! SUD éducation appelle les enseignant-e-s du 1er degré à ne pas faire passer les évaluations

, par sud éduc 09

Les évaluations nationales imposées aux enseignant-e-s ont été un fiasco : des tests standardisés trop complexes pour des enfants à l’entrée en CP ; des tests qui comportent des stéréotypes sexistes ; des problèmes techniques nombreux qui ont empêché les élèves d’écoles entières de passer tout ou partie des évaluations.


Ces évaluations remettent en cause les compétences professionnelles des enseignant-e-s en les considérant comme de simples exécutant-e-s. Elles constituent aussi une perte de temps et mettent les élèves en difficulté.

À l’appel des organisations syndicales et notamment de SUD éducation, de nombreux-ses enseignant-e-s ont refusé de faire passer ces évaluations. À partir de la fin du mois de janvier, le ministère imposera aux élèves de CP et aux enseignant-e-s une nouvelle série d’évaluations.

Le ministère prétend qu’il s’agit de mesurer les « progrès » des élèves depuis la rentrée scolaire.

On peut le dire à l’avance : les résultats de ces évaluations seront extrêmement positifs. Il s’agit en effet pour le ministère de se féliciter lui-même de sa politique. Le ministère prétendra que s’attaquer à la liberté pédagogique des enseignant-e-s et imposer ses vues rétrogrades sur l’enseignement est le facteur déterminant de la réussite des élèves, alors même que les évaluations de début d’année étaient faites pour mettre en échec les élèves.

Ces évaluations ne constituent en rien une aide pertinente pour enseigner mais démontrent la volonté ministérielle de mettre au pas les enseignant-e-s.

C’est pour ces raisons que la fédération SUD éducation a appelé au refus de ces évaluations.

Et ensuite : ne faisons pas remonter les résultats !

Que les équipes refusent de les faire passer ou non, ou qu’elles adaptent les modalités de passation, il est maintenant nécessaire de refuser l’uniformisation pédagogique et le contrôle permanent. Derrière un discours prétendument scientifique, le ministre entend normer les pratiques pédagogiques. Les résultats ne serviront pas aux seul-e-s élèves et à leurs enseignant-e-s, ils serviront, surtout,
en novlangue, à “accompagner et piloter”. C’est-à-dire à contrôler davantage. On voit là le lien avec les animations pédagogiques présentées comme obligatoires et centrées sur les seuls “apprentissages fondamentaux”.

De plus rien ne sera anonyme puisque le portail de saisie des résultats des élèves fonctionne avec des codes identifiants assignés aux enseignant-e-s en lien avec ONDE (ex Base élève). Cette absence de protection des données sera renforcée par le fait que le stockage des données sera effectué par la société Amazon, en
Irlande.

L’obsession de la « culture du résultat »

À l’heure où le ministère prévoit de créer une direction d’école
avec un statut hiérarchique.

Loin d’être réservées à un usage interne, ces mesures participent
au renforcement des inégalités territoriales en imposant progressivement une « culture du résultat » qui permettrait de distribuer les bons et les mauvais points aux équipes enseignantes :

• l’augmentation des postes à profil ;
• l’arbitraire et l’injustice des promotions ;
• la mise en place de la prime REP+ au mérite.

Contre cette vision managériale de l’école, SUD éducation revendique des moyens pour une école égalitaire et émancipatrice.

→ La fédération SUD éducation revendique la suppression de ces évaluations.
→ SUD éducation appelle les enseignant-e-s du 1er degré à ne pas faire passer les évaluations et le cas échéant à ne pas faire remonter les résultats. Dans les conseils d’école et d’administration, dénonçons ces évaluations. SUD éducation s’engage à défendre les collègues.
→ SUD éducation appelle à signer LA PÉTITION pour
exiger la fin des évaluations nationales : https://frama.link/evalsnats

— 

Exemple de courrier aux parents pour argumenter votre refus de faire passer les évaluations :

"Madame, Monsieur,

Les évaluations imposées par le ministère en ce début d’année, composées d’exercices inadaptés du point de vue de leur contenu et de leur présentation, ont été source de stress pour vos enfants et ce malgré la bienveillance dont l’école et les enseignant-es ont fait preuve. Pointant les manques, sans valoriser les progrès, les résultats de ces tests n’ont pas été une aide ni pour vos enfants ni pour nous enseignants.

Malgré ces constats, le ministère impose une seconde phase de passation entre le 21 janvier et le 1er février. Si les temps de passation et le nombre d’exercices sont moins importants, la logique reste la même.
En français, les exercices restent centrés sur la correspondance entre les lettres et les sons et sur la vitesse de lecture. La compréhension, le vocabulaire, l’écriture en sont exclus, créant de fait un malentendu, comme si savoir lire consistait seulement à décoder rapidement. Cette méprise n’est pas sans conséquence pour la poursuite de la scolarité de vos enfants. Le ministère passe par ces évaluations pour imposer une seule entrée dans la lecture, qui relègue la compréhension après l’apprentissage du code… Les études internationales montrent pourtant que les élèves français décodent mais qu’ils éprouvent des difficultés au niveau du sens des textes écrits.

Comme certaines associations (de parents d’élèves notamment), nous continuons à nous interroger sur le fichage de nos élèves et la sécurisation des données scolaires. Les réponses techniques du ministère sur la confidentialité des données ne nous satisfont pas. Nous sommes aussi inquiets d’une possible mise en concurrence des écoles si les résultats des évaluations venaient à être publiés.

Chaque jour nous travaillons à faire en sorte que nos élèves progressent. Nous mesurons régulièrement leurs réussites, les progrès et le chemin qui reste encore à parcourir. Nous avons à cœur qu’ils deviennent des citoyens autonomes et libres de penser.

Ces évaluations ont pour nous lourdes de conséquences sur le futur de nos élèves, de vos enfants. C’est pourquoi nous avons pris collectivement la décision de ne pas les faire passer.

Nous vous remercions par avance de votre compréhension et votre soutien."

Sud éducation 09 appelle au boycott total des évaluations à venir.

Nombre d’enseignants isolés et quelques un regroupés du département ont réussi à résister aux évaluations d’octobre. Nous vous proposons de nous rassembler pour résister collectivement contre celles à venir !